Le statut SAS est le plus plébiscité lors de la création d’une société

En France, les entreprises par actions simplifiées rencontrent un véritable succès au vu des chiffres avancés par un spécialiste du genre. Sur 5000 structures, 60% auraient pris cette forme en une seule année.

Des démarches simplifiées rendent les SAS attractives

Le monde de l’entrepreneuriat connait un engouement de taille depuis quelques années. Qu’ils soient jeunes, en reconversion ou quadragénaire, les personnes intéressées par cette forme sont de plus en plus nombreuses. Il faut noter que les démarches sont relativement simples, le capital minimum n’est pas élevé, cela donne l’occasion aux jeunes entrepreneurs de se lancer dans ce domaine sans la crainte d’un impact financier. Un spécialiste des créations a étudié 5000 entreprises identifiées au cours d’une seule année, les statistiques ont montré que 60% d’entre elles avaient opté pour la forme juridique la plus simple à savoir la SAS.

Il est aussi important de noter qu’une modernisation de la loi est venue accroître le degré attractif. En effet, une société par actions simplifiées aurait tendance à se rapprocher d’une SARL, ce qui explique cet engouement qui ne cesse de prendre de l’ampleur au fil des années.

Le capital minimum est désormais fixé à 1 euro

Auparavant, les fondateurs devaient mettre sur la table près de 37 000 euros, cela ne facilitait pas les créations, mais avec cette modification, ils peuvent seulement déposer un euro sur un compte bancaire, l’argent sera tout de même bloqué jusqu’à ce que le document Kbis soit délivré. Il sera transmis lorsque tous les documents seront transmis au greffe ou au CFE. D’autres atouts sont au rendez-vous en ce qui concerne la SAS puisqu’un actionnaire a par exemple la particularité de prendre les commandes de la structure tout en recevant un revenu.

A lire également  Les SARL ne sont pas compatibles avec toutes les activités

Les personnes en reconversion adorent les SAS

Les jeunes entrepreneurs sont nombreux à se lancer dans le concept de créer une SAS, mais ils ne sont pas les seuls. La vie est parfois complexe et rythmée par les désagréments ou la perte d’un emploi. Plusieurs personnes décident de se reconvertir, en étant des demandeurs d’emploi, ils ne souhaitent plus dépendre d’une structure. C’est pour cette raison qu’ils sautent le pas même s’ils ont dépassé la quarantaine.

Ils se lancent dans la création d’une SAS en intégrant plusieurs secteurs. Celui qui reste très plébiscité concerne les services BtoB, mais, en seconde position, nous retrouvons le monde d’internet et de l’informatique. L’essor du Web a créé une multitude de postes.

Suivez l’actualité