Tout savoir sur l’assurance négociant automobile 


25 octobre 2016 Facebook Twitter LinkedIn Google+ Assurance et Mutuelle



Votre métier de négociant automobile n’est pas sans risque malgré les apparences. Vous êtes certes un fin négociateur, mais vous ne pouvez pas prévoir les vols, les casses et autres évènements pouvant générer des préjudices.

Aussi, il est recommandé de vous munir d’une assurance négociant automobile. Voici ce qu’il faut savoir à son sujet.

C’est quoi une assurance négociant automobile ? 

Appelée aussi assurance négociant véhicules, l’assurance négociant automobile est une protection contre les dommages matériels et immatériels survenant au cours de vos ventes. Il s’agit de la même mécanique de couverture que pour un artisan.

Effectivement, vendre des voitures n’est pas sans risque pour vous. À chacune de vos journées, vous risquez de vous faire voler une ou plusieurs de vos voitures ou encore subir des casses. Il vous est possible aussi de rencontrer des problèmes d’accidents de travail ou bien d’avoir des pertes  financières.

Toutes ces situations trouvent leurs solutions dans la souscription d’une assurance négociant auto. Cette couverture constitue un bon moyen de régler les frais liés aux différents risques de votre profession.

Que risquez-vous en tant que négociant automobile ?

Votre métier vous amène à communiquer régulièrement avec divers types de clients, de personnes et de sociétés. Ces individus vous solliciteront non seulement pour l’achat de leurs véhicules, mais aussi (et surtout) lorsqu’un problème apparaît.

S’il s’avère par exemple que le véhicule que vous avez vendu à une tierce personne a un vice caché, que vous ne soupçonnez pas au moment d’acquérir la voiture, vous devez être prêt à régler ce litige. Bien évidemment, vous n’êtes pas obligé de passer par ce mode opératoire, si et seulement si, vous avez une assurance adaptée.

A lire également  Besoin de courtiers d'assurance indépendants en Belgique?

En l’absence de couverture, sachez que vous risquez d’avoir des poursuites judiciaires si jamais vous refusez de régler les dommages subis par votre client suite aux défaillances d’un véhicule.

Continuez votre lecture
Comments